Schaffer Paul

Pologne / Auschwitz - Complexe concentrationnaire
Pologne / Auschwitz II - Birkenau

1924, Vienne - 2020, Paris

Il naît dans une famille de la bourgeoisie juive autrichienne, sensible au sionisme et pratiquante. Il vit une enfance heureuse, entouré de sa sœur, ses parents et sa grand-mère. Sa vie change brutalement avec l’occupation de Vienne par les nazis et l’annexion de l’Autriche (Anschluss). Il découvre les humiliations, les persécutions. Ils émigrent clandestinement en novembre 1938 en direction de la Belgique.

En mai 1940, la famille est évacuée vers la France ; elle s’installe dans le Sud-ouest, à Revel, non loin de Toulouse. Paul ne va plus à l’école, il s’occupe du jardinage et effectue divers travaux domestiques tout en apprenant le métier d'ébéniste.

A la fin 1940, ils sont victimes de la loi de Vichy du 4 octobre 1940 qui autorise les préfets à interner les Juifs étrangers. Les Schaffer doivent rejoindre « un camp de famille », le camp de Noé, où sont internés essentiellement des Juifs réfugiés d’Allemagne et d’Autriche. Une amie de la famille, habitante de Revel, use de son influence auprès de la préfecture, permettant à la famille de quitter le camp pour être assignée en résidence surveillée.

A la suite de la rafle du Vel’ d’Hiv’, les Allemands font pression sur Laval chef du gouvernement de Vichy pour que les Juifs étrangers de la zone libre soient également déportés. Paul (17 ans) est arrêté le 26 août 1942 avec sa mère et sa sœur Erika (19 ans). Le père, malade, est jugé intransportable. Ils sont transférés au camp de Drancy et déportés à Auschwitz-Birkenau le 4 septembre 1942, par le convoi 28. Les deux femmes sont gazées dès leur arrivée.

De l’été 1942 à l’hiver 1945, Paul connaît plusieurs camps. Il fait partie des hommes qui, avant l’arrivée du convoi à Auschwitz, furent sélectionnés à Cosel pour le travail forcé : il est envoyé au camp de Tarnowitz (Tarnowskie Góry, à une soixantaine de kilomètres au nord-ouest d’Auschwitz) où il reste six mois, puis au camp de Schoppinitz (Szopienice, près de Katowice). En novembre 1943, il est transféré au camp de Birkenau où il reste sept mois puis en mai 1944, au camp de Bobrek, situé non loin d’Auschwitz. Il doit travailler pour la société Siemens. Là, il fait la connaissance de Simone Jacob (Veil), de sa soeur et de sa mère.

Le 18 janvier 1945, emmené dans « l’évacuation », il parvient à s’échapper durant la marche de la mort. Il est aidé par des paysans polonais avant d’être pris en charge par les troupes soviétiques. 

Il reste à Cracovie jusqu’en avril 1945 avant d’être rapatrié par le port d’Odessa vers Marseille. A son retour à Revel, il apprend le décès de son père.

Il s’installe à Toulouse, obtient une bourse et reprend ses études. Enseignant dans une école juive de l'ORT (Organisation, Reconstruction, Travail), électronicien, il entame une brillante carrière d’industriel. 

Paul Schaffer a été témoin au procès d'Auschwitz qui s'est tenu à Francfort de 1963 à 1965. Président du Comité français pour Yad Vashem, son Président d'honneur, membre du bureau de la Fondation pour la mémoire de la Shoah, vice-président de l’UDA.

Il a publié son témoignage, Le Soleil voilé, republié par les éditions Le Manuscrit en 2020.

Son interlocuteur est Raphaël Esrail dans le témoignage capté par l'UDA.

Je suis né à Vienne en 1924

Schaffer Paul
Familles juives | 05:51

Ma fuite d’Autriche

Schaffer Paul
Familles juives migrantes |

Vienne, Bruxelles, Toulouse

Schaffer Paul
Résistances - Arrestations | 08:06

Nous n'étions pas au courant des lois de Vichy

Schaffer Paul
Situation d'apatride | 04:26

Dans le camp d'Agde

Schaffer Paul
Rafles et arrestations | 04:51

Arrêtés à Revel, nous sommes conduits au camp de Noé

Schaffer Paul
Résistances - Arrestations | 05:38

En résidence surveillée à Revel

Schaffer Paul
Situation d'apatride |

Le traitement inhumain commence là, à Drancy

Schaffer Paul
France - Camp - Drancy | France - Camps d'internement | 06:35

Ma mère m'a attaché au cou son carré de soie

Schaffer Paul
Pologne / Auschwitz - Complexe concentrationnaire | Perte des siens | 04:47

Dans le camp de Tarnowitz

Schaffer Paul
Pologne / Auschwitz - Complexe concentrationnaire | Solidarité | 09:39

Dans le sinistre camp de Schoppinitz

Schaffer Paul
Pologne / Auschwitz - Complexe concentrationnaire | Auschwitz - Camps annexes | 06:21

Dans le camp de quarantaine de Birkenau

Schaffer Paul
Pologne / Auschwitz II - Birkenau | Apprendre l'existence des gazages | 06:28

Mon matricule 160610

Schaffer Paul
Pologne / Auschwitz II - Birkenau | Entrée - Enregistrement | 09:07

Les conditions mortifères dans le camp de Birkenau

Schaffer Paul
Pologne / Auschwitz II - Birkenau | Centre de mise à mort | 05:57

Nous devions transformer une briqueterie en usine de métallurgie

Schaffer Paul
Pologne / Auschwitz - Complexe concentrationnaire | Auschwitz - Camps annexes | 00:55

La construction de l’usine à Bobrek

Schaffer Paul
Pologne / Auschwitz - Complexe concentrationnaire | Auschwitz - Camps annexes |

Je suis transféré au camp de Bobrek

Schaffer Paul
Pologne / Auschwitz - Complexe concentrationnaire | Auschwitz-Birkenau - Kommandos des camps | 09:54

Madame Jacob et ses deux filles, Milou et Simone

Schaffer Paul
Pologne / Auschwitz - Complexe concentrationnaire | Auschwitz - Camps annexes |

Vers le 20 janvier, je saute du train et m'évade

Schaffer Paul
Pologne / Auschwitz - Complexe concentrationnaire | Evasion | 08:27

Mon épouse, ma psychanalyste

Schaffer Paul
Repartir dans la vie | 08:07